Mär Heaven

Forum RP sur le thème de Mär, un monde pour départager chevaliers défenseurs et sinistres destructeurs
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Timothy Biographe.

Aller en bas 
AuteurMessage
Timothy
Apprenti(e) de la Cross Guard
Apprenti(e) de la Cross Guard
avatar

Masculin Nombre de messages : 30
Age : 29
Date d'inscription : 23/08/2006

MessageSujet: Timothy Biographe.   Dim 17 Sep - 18:42

Voilà, je vous mets pas de dessins, mais des bios, car je sais écrire mais pas dessiner.
Pour commencer, mon perso le plus sombre, un psychopathe bien loin de tout mes autres persos. Mais je l'ai jamais joué le fofo à fait un bide (R.I.P.).
J'en suis tout de même fier. une bio roiginale car elle contient des passages romancés. Pour ceux qui ont le courage de la lire, j'attend votre avis.

JOURNAL D'OMBRE.


Citation :
Biographie:


  • Nom: Zain. (Il ne l’utilise plus de nos jours et personne ne le connaît à par lui.)

  • Prénom: Inconnu.

  • Pseudonyme: Ombre, Sombrecoeur (pour les bas-fonds) et la Bête (pour Midgar).

  • Âge: Aux alentours de trente ans, selon les rumeurs.

  • Sexe: Masculin vraissembablement.

  • Origine :Midgar.



  • Description physique: Il est impossible de décrire le physique de celui que l'on nomme Ombre, pour la simple et bonne raison que toutes ses connaissances actuelles n'ont jamais vu son corps.
    Il est cependant assez grand, recouvert d'étoffes noires en haillons flottant au gré du vent comme le voile d'un fantôme. Il se tient voûté et sa démarche vive et silencieuse ressemble à un vol.
    À quoi ressemble son visage, aucune idée. Ce dernier à été recouvert d'un masque, il y a des années de cela. Un masque inexpressif, aux lèvres aussi pâles que le reste du visage, d'un blanc d'albatre. Seuls des glyphes à a signification inconnue viennent décoré la figure artificielle.

  • Caractère : Si vous ne saviez pas avant à quoi pouvait bien ressembler un être ayant perdu toute humanité et n'étant habité que par la haine, vous avez en face de vous son exemple le plus flagrant.
    Ombre est un monstre, et sa voix glaciale ne se fait entendre que pour le plus grand de vos malheurs. Il ne connaît que la haine, d'ailleurs, il hait tout le monde et abhorre jusqu'à sa propre existence. C'est un sadique, un tortionnaire, et bien que nombreux soit ceux à le croire fou, il est pleinement conscient de ses actes et se délecte de la souffrance des autres. Colérique, il ne tolère pas le manque de respect et la seule sentence applicable à ces yeux est la mort. Seule l'excellence peut exister, mais celle-ci est impossible. Il a un sens de l'humour décalé, voire morbide, et lui seul l'apprécie, cependant il s'en moque éperdument.
    Au combat, ses adversaires peuvent enfin prendre la pleine mesure de l'abomination qui leur fait face, c'est un chasseur, froid, réfléchi et implacable. Mais une fois sa cible à sa merci, il devient une bête assoiffée de sang et fait preuve d'une cruauté et d'une imagination sans limite.



  • Histoire:

    L'enfance d'un petit roi.

    Avant de devenir le Soldat que l'on connaît aujourd'hui, Ombre de son pseudonyme fut l'unique héritier d'une famille très puissante de Midgar. Son père était un homme influent de la Shinra, qui de nos jours est totalement effacé de la mémoire collectif. En effet, on pouvait considérer que le père de Zain de son vrai nom était un modéré au sein de la Shinra, et il défendait le statut de société de cette dernière, tentant d'empêcher sa lente progression vers une entité avec ses propres pouvoirs. Ses positions divergentes le menèrent à sa perte et bientôt, lui et toute sa famille se retrouvèrent exilés loin de Midgar.

    Cependant, Zain ne fut pas un enfant malheureux, les ressources financières de sa famille permettant de combler les moindres désirs de ce petit roi. Il possédait tout ce qu'il désirait, l'argent pouvait tout acheter, l'amour d'une nourrice tout comme la protection d'un puissant renégat Wutai. Ce petit roi à a bien changé, et en ce lieu, loin de Midgar et du présent, il n'était pas le même. Loin de moi l'idée de dire qu'il était mieux, il était seulement différent. C'était un enfant hautain, imbu de sa personne et méprisable, se croyant supérieur à tout le monde, capricieux, il refusait la désobéissance, et même l'influence de son père un homme fondamentalement bon et humble ne pus rien changer. L'argent achète, mais surtout il corrompt.
    Il grandit donc dans un cadre de luxe, un immense palais, entouré de plaine verdoyante et de ville, qui bien vite furent soumises à la Shinra, contre leur gré et pour le plus grand malheur de la famille de Zain. Cette dernière ne faisait qu'appliquer les ordres de la Shinra qui écrasait de taxe les habitants, châtiant les récalcitrants. Une véritable dictature, un régime de terreur. Cependant, Zain et les siens ne se doutait pas des véritables intentions de la Shinra sur cette région. Ce n'était qu'une gigantesque scène mise en place pour exécuter la plus fourbe des exécutions qui n'eut jamais lieu, la mort de Zain, et tout les siens.

    Le jour des larmes.

    Le jeune homme à peine âgé de dix ans se terrait sous son lit, frissonnant de terreur. Une agitation faisait résonner la maison de cris et de bruit de pas, mais ce n'était rien à côté de la colère qui grondait depuis l'extérieur de la propriété. Là, à travers les fenêtres ouvertes de sa chambre, le garçon entendait monter les cris de révolte de la populasse des villages voisins, le vent aussi s'engouffrait, redoublant de violence, semblable à un messager annonçant la fureur de la troupe. Le jeune homme se rapprocha en rampant du rebord de la fenêtre, et ce qu'il vit le fit trembler de plus belle. Des flammes, un tapis de flamme avançait depuis l'horizon, des centaines de torches, chacun représentant un homme venu mettre fin à sa vie paisible. Les ingrats pensa-t-il, après tout ce que son père avait fait. Décidément, il était bien crédule, s'il imaginait avoir fait leur bonheur. Sa nourrice apeurée arriva dans la chambre en criant, elle le trouva en train de sangloter près de la fenêtre, les poings frappant le sol de rage devant son impuissance face à la situation. Elle le prit dans ses bras et le conduisit en bas, avec les gardes et le reste des résidents.

    Une heure avait passé, et dans ce lieu, avec les autres hommes et femmes de la maison, le garçon avait fini par ravaler ses larmes et se tenait maintenant au côté de son père. Ce dernier avait envoyé pour négocier son majordome. Ce dernier aux commandes d'une voiture avait emmené deux gardes, et allait tenter de mettre fin à la rébellion sans bain de sang. Zain souriait, Gunther était un homme sérieux et charismatique auprès des gueux, il arriverait à les faire changer d'avis. Du moins le fallait t'il.
    Gunther et sa garde refirent leur apparition dans la demeure environ une demi-heure après leur départ, en traversant un mur à toute vitesse, le soufflant littéralement dans l'explosion de l'engin. Le jeune homme et d'autres furent jetés au sol par le souffle. Et quand le jeune homme rouvrit les yeux, il se trouva face à sa nourrice, cette dernière avait le crâne défoncé et une barre de fer constituant l'armature du mur la transperçait au niveau de la poitrine, le tout dans une gigantesque effusion de sang. Zain repoussa la main que la mourante tendait vers lui et hurla de tout son souffle avant de retourner se terrer sous un des meubles du hall dévasté.
    Apparemment, les négociations avaient échoué.

    Le jeune garçon voyait à présent les torches des villageois danser dans les champs voisins, se détachant sur le noir de la nuit sans lune. Il en était fini de leur vie, dans vingt minutes tout au plus, il serait là. Et le massacre commencerait. Il regardait résolu à mourir, sans peur, mais sans conviction les gardes de la résidence vérifier leur fusil, en attendant le combat.
    Soudain deux hélicoptères de la Shinra fendirent le ciel à l'horizon, le bruit de leurs turbines sonnant comme le bruit de la victoire aux oreilles du jeune homme. La Shinra était venue les évacuer, ils allaient partirent loin de cet endroit et retourner à Midgar, la ville dont père lui avait tellement parlé. Son cœur battait dans sa poitrine, il sautait de joie en scandant le nom de la Shinra, leur sauveur, mais quelque chose clochait, les hélicoptères faisaient du vol stationnaire au-dessus de la demeure, son père sembla comprendre ce qui allait se passer et demanda à Kyuusei, le garde du corps Wutai de faire remonter Zain dans sa chambre. Ce dernier acquiesça et fit remonter le gamin récalcitrant.

    Ensuite tout se passa très vite, des hommes descendirent le long de cordes des engins, une vingtaine. Des SOLDATS, ils se dirigèrent à l'intérieur de la maison, Kyuusei fit promettre au jeune garçon de ne pas bouger, puis il rejoignit les autres en bas, dans le hall. Le garçon interloqué rampa jusqu'au bord de l'escalier surplombant le hall. Et là, il vit ce que voulait vraiment la Shinra, la mort des siens. A peine les hommes furent-t-ils rentrés qu'ils mitraillèrent la foule amassée en bas, son père fut le premier à tomber, il fut soulever de terre par la force des projectiles avant de choir au sol, les yeux dans le vague. Le massacre fut indicible, les gardes furent soigneusement éliminés et les restes des domestiques rattrapés dans leur fuite. Seul Kyuusei opposa une réelle résistance, abattant trois hommes avant de mourir, prit dans un feu croisé d'une intensité inouïe et retombant au sol sous forme de pulpe de chair et d'os. Le jeune homme voulu crier, mais aucun son ne sortit, il tremblait de peur, et seules ses jambes acceptèrent d'obéir quand il se mit à courir pour fuir. Il passa par la fenêtre de sa chambre. La chute le blessa à la cheville, mais il continua à courir sans s'arrêter. Fuyant à travers les hautes herbes, loin de ce massacre.
    Soudain de nouvelles détonations retentirent. Les SOLDATS avançaient en ligne vers les révoltés, les fusillant sans que ses derniers ne réagissent.
    Ils ne voulaient pas de témoins.


    L'exode.

    Ce jour funeste marqua la fin de la tyrannie de sa famille pour les environs, et pour lui, la fin de sa vie de luxe. Les prochaines années de sa vie allaient être les plus horribles et c'est cette période qui allait transformer le petit roi vaniteux en monstre sadique assoiffé de mort et de vengeance.

    Il revint sur le lieu où s'était tenue la veille la demeure qui l'avait vue naître et ne retrouva aucune trace de son passé, et aucun indice sur sa vie future, il chercha pendant des heures une trace de quelque chose ou de quelqu'un, et il ne trouva dans ses gravats que les Chakrams noircis par les cendres de Kyuusei. Plus rien ne le retenait dans ce lieu de malheur, aussi le garçon se résolut t'il a partir loin d'ici, en espérant par la même occasion s'éloigné de ses souvenirs.
    Mais quelque chose le retenait, et le jeune homme erra dans la région durant des années encore, passant du statut de multimilliardaire à celui de simple vagabond, suivant les routes et survivant de manière bien difficile. Il ne rechignait jamais lorsque qu'un petit boulot lui était proposé. Il évolua donc près du lieu de la perte des siens, voyant s'accroître la haine en son cœur, en voyant ses gens qui continuaient leur vie. Les autorités publiques avaient étouffé le massacre perpétué par la Shinra et avaient raconté que "les vaillants villageois" avaient combattu "l'oppresseur" jusqu'à leur mort. Ce n'est que cinq ans plus tard que le jeune homme prit la direction de Midgar. La cause de son départ, ces salauds avaient érigé un mémorial sur les cendres de sa demeure en honneur des vaillants héros, et c'est la Shinra qui en avait payé la construction.
    Il avait souillé son honneur, une fois de plus, mais cette fois, le jeune homme âgé d'une quinzaine d'années réclamait réparation, même si sa vengeance devait lui prendre toute une vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timothy
Apprenti(e) de la Cross Guard
Apprenti(e) de la Cross Guard
avatar

Masculin Nombre de messages : 30
Age : 29
Date d'inscription : 23/08/2006

MessageSujet: Re: Timothy Biographe.   Dim 17 Sep - 18:43

    Citation :
    Les bas fonds.

    Zain mit près de deux années à arriver à Midgar, et il ne subsistait plus rien du jeune garçon frêle qui il y a peu pleurait encore la perte des siens. Il était tout autre chose, même plus humain, ou plutôt juste d'apparence, un jeune homme grand et musculeux, avec un regard de dément, aucune compassion, rien qu'une haine froide et mesurée.
    Il s'installa dans les bas fonds, loin des quartiers supérieur de la ville auxquels il aurait put aspiré. Et c'est ici, dans la plus malfamé des régions de Midgar que le jeune homme allait se tailler son empire. Il devint un ganger, rattaché à un gang de moindre envergure, il y apprit le combat et les joies des massacres. Mais le jeune homme n'était pas aussi manipulable que les demeurés issus des bas-fonds, et quand il commença à rêver de son propre gang, il fut jugé trop dangereux et ses frères de sang de la veille se ruèrent sur lui, dans l'intention évidente de le tuer. Ils auraient pu réussir, mais Zain ne comptait pas mourir maintenant, du moins pas dans cet endroit miteux, il se battit avec la rage du désespoir et toute sa haine qui se tournait vers ses camarades, le combat fut sanglant et presque tous les gangers furent mis à mort, mais Zain lui fut atrocement mutilé, et laissé pour mort, agonisant dans les caniveaux d'une des rues principales.
    Sa vie ne fut sauvée que grâce à la charité d'une passante, une prêtresse de Valahaya, le dieu juste de la guérison. Cette dernière emporta la carcasse de l'homme et grâce aux pouvoirs des matérias, elle tenta de guérir du mieux qu'elle le put l'être agonisant. Elle réussit, mais quand le jeune homme se réveilla, il n'avait vraiment plus rien d'humain, il en avait même perdu l'apparence, son corps était couturé de cicatrice, et son corps autrefois musculeux n'était guère plus musclé que celui d'un homme rongé par la fin, il supportait à peine le poids de son corps et ne supportait plus la vision de celui-ci. Sa haine grandit encore et il adopta l'apparence spectrale qu'on lui connaît aujourd'hui, un fantôme noir au visage aussi pâle que le mort elle-même.
    Il gagna néanmoins quelque chose dans cette période de sa vie, le savoir. Et sa sauveuse devint son jouet, torturée nuit et jour, elle fut forcé de lui révéler l'existence des matérias et le secret de leur utilisation. Une fois qu'elle n'eut plus rien à lui apprendre, il partit, laissant la femme agoniser sur son chevalet.
    Ombre disparut de la circulation pendant quatre nouvelles années, ourdissant en secret sa revanche contre ceux qui l'avait trahi. Dans les bas-fonds tout d'abord, puis viendrait le tour de la Shinra.

    L'avènement des ténèbres.

    Ushryen se vautrait dans son trône, le visage rougit par l'abus d'alcool et un sourire béa marquant ses traits burinés par une vie de labeur. Comme souvent à près une des ses petites orgies, le maître de l'un des plus grands gangs venait se poser dans le trône de pierre surmonté d'un aigle bicéphale, symbole de son statut pour admirer le résultat de quatre années de guerre. Depuis qu'il avait éliminé Zain, ce gêneur aux ambitions trop grandes, pourquoi attaquer la Shinra quand on peut régner sur les bas-fonds. Il contemplait admiratif la gigantesque nef qui s'ouvrait devant ses yeux, sa demeure, son château, ici personne ne viendrait troubler sa vie et il pourrait profiter éternellement de son pouvoir. Ou plutôt jusqu'à sa mort.


    Au même moment, dans une petite ruelle, parallèle à l'immense édifice se déplaçait sans le moindre bruit, comme si elle volait, une silhouette encapuchonnée, on pouvait deviner un pas rapide, pressé sans doute, mais aucun bruit, comme si tout cela ne fut qu'une illusion, une ombre. L’obscure mirage tourna pour déboucher devant l’immense demeure de celui qui l’avait trahi et réduit à cet état de spectre. Même vu de l’extérieur le bâtiment était impressionnant, il avait été bâtit sur les ruines d’une petite église et se tenait fièrement au milieu des autres bâtiments, ostensiblement visible avec ses 20 mètres de haut. L’immense porte de bois brute n’était garder que par deux gardes accablé de sommeil s’appuyant nonchalamment sur leur arme pour ne pas s’écrouler, leur uniforme qui devait avoir été autrefois magnifiquement décoré n’était plus qu’un tissu froissé et tâché que les affres du temps avaient dénaturé. Ils ne remarquèrent Ombre que quand ce dernier fut arrivé devant la grande porte et qu’il leva les yeux pour la contempler. Le garde le plus près s’avança d’un pas prudent vers la lugubre silhouette, sa lame en avant dans un geste mal assuré, et bredouillant une question à l’homme qui lui faisait face :

    « Heu,… Ordre de sa majesté Ushryen…, interdiction de passer les portes pour les inconnus. Reculez… ou je serais contraint de vous tuer.»

    Ombre tourna la tête vers l’impudent qui osait le menacer, et la seul chose que vu le garde fut le masque d’albâtre qui recouvrait la face défigurée de son interlocuteur. Le garde sursauta et commença à reculer d’un pas pressé, Ombre rit d’un rire gras et sonore avant de se ruer sur son adversaire. Le garde tandis sa lance en avant dans un geste désespéré de se protéger, mais son adversaire se stoppa juste devant, en le fixant de son visage impassible. Bientôt, le garde fut entièrement paralysé, figé dans le temps et même sa respiration se stoppa, son camarade apeuré agitait sa lance dans l’air, tentant d’impressionner Ombre. Ombre poussa le garde lui faisant face de la main et celui-ci vint se briser en mille éclat de glace sur le sol, son compagnon de fortune n’eut même pas le temps de réagir que deux chakrams vinrent se ficher dans son torse et ses yeux se fermèrent pour l’éternité, Ombre lui passa la grande porte sans rencontrer d’autre forme de résistance.


    Ushryen se leva de son trône précipitamment, partout autour de lui la panique régnait, les hommes les moins loyaux à sa cause fuyait face à cet ennemi qui massacrait tous ceux qu’il croisait sans la moindre distinction. Certains de ses plus anciens hommes eux se réunissait autour de ses deux bras droits qui haranguaient la foule à ce battre. Les deux petits groupes d’une douzaine d’hommes chacun s’armèrent et l’un d’entre eux passa la voûte qui menait vers l’avant du palais. En regardant ses hommes et en écoutant les cris poussé par les mourrant, Ushryen sut qu’il ne reverrait jamais ses hommes.
    Il se laissa retomber dans son siège de pierre, des larmes de rage ruisselant sur son visage, tout devait donc finir comme ça, son empire devait tomber sous les coups d’un seul homme dont il ne connaîtrait probablement jamais le nom, ni l’histoire, à part ce chapitre qui le concernait. Il caressa d’une main nonchalante la lame de son épée qui pendait à son trône, pendant un moment il imagina aller à la rencontre de ce destructeur, mais une nouvelle vague de cris de douleur et de terreur le dissuadèrent. Malgré la peur qui l’envahissait, il savait qu’il ne pouvait fuir, pas lui, pas l’un des maîtres des bas-fonds. Il se résolut donc à attendre la mort assis sur les ruines de sa puissance.

    Cela faisait déjà un quart d’heure que l’inconnu avait pénétré le bastion de Ushryen, et l’intensité des cris et leur fréquence annonçait qu’il n’était plus très loin. Soudain, l’air de la pièce se refroidi et un vent mystique souffla les bougies avant de disparaître aussi vite qu’il avait fait son apparition, laissant la pièce dans le froid et les ténèbres, à peine éclairé par les rayons blafards de la lune. Un silence de mort tomba sur la salle, seul le bruit des respirations paniqué des hommes se faisait entendre.
    Puis les portes volèrent en éclats et deux éclairs argentés traversèrent la pièces, fauchant la vie des deux gardes les plus proches, avant de continuer leur lugubre moisson dans les étages, faisant pleuvoir les corps sans vies des femmes et des jeune homme réfugié dans les étages supérieur. Les trois gardes qui prient de panique chargèrent dans les ténèbres de la porte connurent une mort encore plus rapide, leur corps pulvérisés en poussière givré par une lumière bleutée. Le démon sortit des ténèbres et avança dans la pièce, d‘un pas lent et mesuré savourant chaque image, chaque son de cette scène macabre, ses armes continuant de traqué les gens apeuré dans les étages supérieur, comme animé d’une volonté et d’un soif de sang qui leur étaient propre. Le premier homme à l’atteindre fut projeté à travers la rosas du mur opposé, les suivants étant indistinctement, gelé, dépecé, démembré et découpé par les chakrams ayant achevé leur œuvre dans les hauteurs.
    Une fois tout le monde mort à l’exception de Ushryen, le meurtrier continua d’avancer jusqu’au trône où se tenait l’homme qui sans le savoir avait déclenché sa colère. Et Ushryen vit ce qu’il n’avait jamais vu auparavant, des yeux emplis de haine et de folie. Toute cette haine, c’était lui qui l’attisait, il resta un long moment plongé dans ses yeux, se sentant défaillir. Puis il ouvrit de grand yeux ronds en comprenant qui il avait en face de lui et parvint à peine à souffler dans un murmure :

    « Toi.»


    Omre fixait Ushryen, ce traître qui l’avait réduit à ce qu’il était aujourd’hui, le spectre de ce grand homme qu’il avait été, un demi homme, l’ombre de lui-même. Une froide colère grondait en lui, et même l’euphorie du massacre qu’il avait perpétré avait disparut de son esprit, il ne désirait qu’une chose se venger. L’homme qui lui faisait face était lui aussi une ombre, son visage s’était décomposé au moment où il avait compris qui était son bourreau et il tremblait de tous ses membres. Et cela ravissait le tortionnaire, il vit Ushryen hurlé de peur et s’enfuir à quatre pattes vers le mur du fond pour s’y blottir sur lui-même. Ombre le poursuivis lentement, pour faire grandir sa peur à lui et son propre plaisir, celui qu’il prendrait en le tuant, sa proie sanglotait, et lui irradiait de haine mêlée de plaisir, il souriait, mais son masque resta impassible.

    Il enserrait à présent la gorge du seigneur déchu et ne cessait de resserrer son étreinte glacée. L’homme qu’il tenait dans ses mains n’éveillait même plus sa haine à présent, ce n’est pas lui qu’il avait rêvé de tuer, dans sa terreur, le lâche s’était même oublié mouillant son pantalon. Son dégoût pour cette loque qui l’avait autrefois battu le répugnait au plus haut point, il le relâcha et Ushryen retomba sur le sol en toussant alors qu’il respirait à nouveau. Mais ce dernier n’eut même pas le temps de lever les yeux qu’un froid immense l’envahit, Ombre se tenait dans son dos et ne daigna même pas regarder l’homme agonisant quand ce dernier mourut, ses vaisseaux sanguins et ses organes lacéré par son sang devenu pareille à mille sabres de glace.

    Ombre alla s’asseoir sur le trône de pierre, mais un cri étouffé attira son attention, ses lames volèrent à nouveau vers les hauteurs et en délogèrent un jeune garçon d’à peine un douzaine d’années terrorisé. Ce dernier grelottait et bafouillait des suppliques à Ombre. Il regarda le jeune home terrorisé et ne s’adressa à lui sur un ton neutre, une fausse note de compassion pointant dans sa voix :

    « Va ! Va et raconte. Raconte que les ombres sont de retour.»

    Le pouvoir de Sombrecoeur.

    La mort de Ushryen se répandit vite au sein des bas-fonds accompagné d’un vent de terreur et des rumeurs sur celui que l’on appelait Sombrecoeur, une chose à l’âme si noir qu’il perpétrait des massacres sans nom. Mais tous les êtres vivants des bas-fonds ne furent pas rebuté par un tel monstre et de plus en plus de malfrats et autres personnes remplies de mauvaises intentions rallièrent la bannière de ce maître des ténèbres et en quelques semaines, la plus grande armée jamais réuni de mémoire d’homme en Midgar fut réunie. Ombre à la tête de pas moins de quatre milles homme pris possession des étages inférieur de la cité, balayant tous ceux qui ne se ralliaient pas à lui sans distinction. Deux semaines de plus lui furent nécessaires pour faire taire les insurrections, mais à terme, sa poigne de fer faisait respecter sa volonté dans tous les bas-fonds et le moindre écart était puni de mort.
    C’est dans ce climat de terreur que les plus faibles apprirent le silence et les plus fort l’obéissance. Ombre visait quand a lui la ville supérieure. Il ne voulait pas se contenter de régner sur ces bidonvilles, le pouvoir, même s’il prenait plaisir à l’exercer ne l’intéressait pas. La vengeance était son objectif final, il voulait annihiler la Shinra et tout ce qui s’y rapportait, cette ville aussi pourquoi pas. Il voulait faire payer à ces bureaucrates sa déchéance

    Il passa donc les années qui suivirent à mettre en place son plan d’attaque, la ville supérieure ne semblait pas le prendre au sérieux, il ne paraissait pas assez menaçant. La population des bas étages le haïssait trop. Cependant Ombre aussi dans sa jeunesse avait appris la politique et même s’ils le haïssaient, ils détestaient par-dessus tout leur vie et cette exploitation des riches sur eux. Et c’est ainsi que grâce à son intelligence et son talent d’orateur, Sombrecoeur harangua les foules, les unissant pour les lever vers les habitants des blocs supérieurs. La guerre allait éclater.

    Mais Ombre ne verrait jamais les étages supérieurs, du moins pas à la tête de ses troupes. La Shinra sembla enfin arrêter de mésestimer Ombre, mais lui commis l’erreur de sous estimer les hommes du Soldats, et bientôt tout les première classe prirent d’assaut les bas-fonds, leur puissance et leur sens tactique faisant tomber un à un les points stratégique, désagrégeant l’armée d’Ombre avant que cette dernière ne put mener à bien ne serait-ce que sa première opération. Mais ce que le SOLDAT voulait avant tout, c’était trouver celui qui avait causé cette révolte. Ainsi, même si le démantèlement des bas-fonds ne prit pas plus de quatre jours, la capture d’Ombre pris des années.
    En effet, la puissance de Sombrecoeur était de niveau équivalente aux premières classes et il état accompagner des Némésis, ses gardes du corps. Le petit groupe mena donc des opérations de guérilla dans les quartiers chics de Midgar pendant un temps, s’emparant même de la vie de plusieurs premières classes. Mais les Némésis périrent un à un, et la Bête comme les habitants de la ville supérieure le nommèrent fini par tomer entre les mains de la Shinra.
    Cette dernière commis cependant l’erreur de ne pas le tuer quand elle en avait l’occasion, sa puissance étant considérée comme trop intéressante pour être annihilée. Il le torturèrent dans leur geôle pendant un certains temps pour faire plier son esprit, et quand ils crurent avoir réussir, ils le firent intégrer le SOLDAT. Cependant, l’homme qu’ils intégrèrent n’était en rien dompté et il gardait encore cette haine en son cœur, et cette soif de vengeance.

    Dans son propre intérêt cependant, Ombre décida de servir fidèlement la Shinra jusqu’à pouvoir mettre à exécution ses plans et détruire la société dans son intégralité, ces rats de SOLDATS avec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiyu
Capitaine de la Cross Guard
avatar

Masculin Nombre de messages : 419
Age : 29
Localisation : Dans ce monde comme dans l'autre
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Re: Timothy Biographe.   Mar 19 Sep - 14:30

J'ai tout lu cheers Et c'est vachement bien écrit. Un peu macabre certes, mais avec beaucoup de style^^
J'aime bien la puisssance qu'à ton perso à la fin de l'histoire, il tue tout le monde sans aucune difficulté Twisted Evil
Je conseille cet bio à tous ceux qui passent par ici. Elle est longue à lire, mais on la lit d'une traite grâce au fait qu'elle soit captivante. Vous avez sans doute déja connu ça : vous plangez le nez dans un bouquin, et qu'on vous réussissez à en ressortir, des heures se sont passés. Là, ça met pas des heures, mais le principe y est^^
Bravo à toi Timothy

_________________
Shiyu, capitaine de la Cross Guard

Pour faire la gueule il faut utiliser 65 de nos muscles, alors qu'il en faut seulement 10 pour faire un sourire. Pourquoi vous surmener?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marheaven.winnerbb.com
Sonil
Apprenti(e) de la Cross Guard
Apprenti(e) de la Cross Guard
avatar

Masculin Nombre de messages : 193
Age : 27
Localisation : Avec Adraeth et Horus
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: Timothy Biographe.   Mar 19 Sep - 17:51

Shiyu a écrit:

Je conseille cet bio à tous ceux qui passent par ici. Elle est longue à lire, mais on la lit d'une traite grâce au fait qu'elle soit captivante. Vous avez sans doute déja connu ça : vous plangez le nez dans un bouquin, et qu'on vous réussissez à en ressortir, des heures se sont passés. Là, ça met pas des heures, mais le principe y est^^
Bravo à toi Timothy

Tu dis sa pour moi . . . ? Bon je vais lire ta bio plus tard, la j'ai plein de truc à faire ! Mais d'après Shiyu elle à l'air pas mal Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiyu
Capitaine de la Cross Guard
avatar

Masculin Nombre de messages : 419
Age : 29
Localisation : Dans ce monde comme dans l'autre
Date d'inscription : 13/08/2006

MessageSujet: Re: Timothy Biographe.   Mar 19 Sep - 19:57

Mais je disais ça pour personne en particulier. Je précisais juste la qualité du rp. Et je ne la donnais pas comme conseil pour apprendre à rp, mais pour se détendre. C'est tout^^

_________________
Shiyu, capitaine de la Cross Guard

Pour faire la gueule il faut utiliser 65 de nos muscles, alors qu'il en faut seulement 10 pour faire un sourire. Pourquoi vous surmener?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marheaven.winnerbb.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Timothy Biographe.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Timothy Biographe.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pacte du dragon tatoué [Timothy]
» DES JARDINS A VISITER
» SUPERMAN; or just Timothy.
» ? I want to spend my lifetime loving you ? Olivia & Timothy
» 04. Une corvée bien récompensée // Timothy A.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mär Heaven :: Hors RP :: FanArt-
Sauter vers: